Pépites gratuites

Nicolas Guéniot et sa « Trilogie du poulet » !

Chaud devant ! On s’attaque à la volaille sur Kwa Films, la volaille mise en scène par Nicolas Guéniot. Plus qu’un gallinacé, c’est un poulet démoniaque que le réalisateur a choisi comme personnage principal pour sa trilogie : La Malédiction du poulet I et II, et le petit dernier sorti il y a deux ans, La Vengeance du poulet. Un entretien un peu décalé, accompagné des liens pour voir ou revoir les deux premiers épisodes de cette trilogie à la fois drôle, angoissante, complètement "cliché", avec des scènes d’horreur cuisinées à la sauce réunionnaise. Le troisième volet est à retrouver en VOD dans nos nouveautés de la semaine dès jeudi 24 janvier !

Nicolas Guéniot, Qui êtes-vous ? Que faîtes-vous dans la vraie vie à part des films déjantés comme la trilogie du poulet ? Qu’est ce qui vous a amené à faire des films ?

Dans la vraie vie, je suis réalisateur, mais de choses un peu plus « sérieuses » que des films avec des poulets géants qui attaquent les touristes ! J'ai toujours aimé créer. Je fais beaucoup de musique aussi. En fait, je m’intéresse à l'Art en général et je trouve que le cinéma est son représentant le plus complet.

Pouvez-vous nous présenter brièvement ce qu’on a appelé votre « trilogie du poulet » : « La malédiction du poulet » I et II, et « La vengeance du poulet ».

Je suis parti du constat que beaucoup de films d'horreurs racontent la même histoire : un groupe de jeunes qui partent dans un endroit isolé et qui se font tous tuer les uns après les autres. Je voulais me servir de cette situation très « cliché » pour pouvoir mieux la détourner et m'en amuser. Le premier volet de cette trilogie a maintenant 10 ans ! C'était un délire que j'ai eu avec Sébastien Combeau (avec qui j'ai créé Evil Ways Prod) et qui a fini en court-métrage. Le tournage nous ayant fait beaucoup rire, j'ai décidé d'en faire une suite...puis une suite.

Dans quel contexte décide t-on de faire un film dont le personnage principal est un poulet démoniaque ? Une soirée arrosée, un champignon magique…?

Rien de tout ça ! Même si ça à l'air d'être du grand n'importe quoi, c'est quand même des histoires plutôt réfléchies. En fait, j'avais déjà plusieurs court métrages à mon actif mais rien de bien « réunionnais ». Pour le coup, on a trouvé quelque chose de local et je voulais que ce soit décalé. Les légendes d'ici sont très riches et inspirantes... et peuvent être traitées de plein de façons ! Et puis, ça me fait surtout marrer de faire faire l'andouille à mon pote de toujours : Kraplaz, qui est un grand acteur et qui est forcément partant !

Pourquoi le poulet, et pas un ananas ou un zourite finalement ?

Un poulet, déjà, c'est gentil à la base. Alors quand il devient méchant, il faut s'attendre au pire ! Alors qu'un zourite, tout le monde sait que c'est fourbe et qu'on peut pas leur faire confiance. Ça ne fonctionne pas... Par contre, l'ananas, sur une pizza, c'est l'horreur à l'état pur, on est d'accord. C'est une idée de scénario à creuser !

Et vous, vous y croyez aux histoires de poulets maudits, appelé aussi « Sac la mort » ?

Je pense que, si j'y avais cru, je me serai permis moins de choses. Moins tu crois, plus t'es libre finalement non ?

La trilogie était-elle pensée dès le départ ou le premier a inspiré le second puis le troisième ? (n'hésitez pas à donner des détails, à nous expliquer comment s’est passée l’écriture)

Dès l'écriture du deuxième volet, je savais qu'il y en aurait un troisième. Pas que ce soit une nécessité absolue, mais je trouvais que le terme « trilogie du Poulet » ça sonnait grave ! En plus, retrouver des personnages qu'on a créé et les voir évoluer, c'est vraiment cool.

Tous les codes classiques de la série Z sont présents dans la trilogie du poulet, la bimbo, le gros bras,.. etc. Quelles sont vos oeuvres favorites de ce genre cinématographique beaucoup trop sous estimé ?

C'est pas mon style préféré en tant que spectateur. Mais j'aime beaucoup Rodriguez. Il se tape des délires et ne semble pas avoir pas de limites. Pourtant des gens sérieux continuent à lui donner des sous pour faire ses films, c'est fou ! J'ai beaucoup de respect aussi pour Rob Zombie qui est à la fois réalisateur et chanteur de métal. Je sais, je n'ai pas cité d’œuvres à proprement parler, mais il paraît que je suis un sale gosse (rire).

On n’imagine pas forcément La Réunion comme une terre d’inspiration pour un cinéma de genre ou d’horreur, mais quelques réalisateurs péi s’en emparent tout de même (Aurélia Mengin ou DKPit par exemple). Il y a une raison particulière ou c’est une histoire de génération selon vous ?

Je pense que c'est « Le » fantasme de tout jeune réalisateur : le film d’horreur. C'est effectivement peut-être générationnel.  C'est hyper fun à tourner et finalement, si le résultat est kitsch, c'est pas si grave, hein ? Ensuite, La Réunion nous permet d'avoir à peu près tous les décors qu'on veut... alors pourquoi ne pas en profiter ?

Avez-vous un autre film en cours de réalisation ? Si oui, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Mon prochain court métrage sera sûrement un film de super-héros... mais avec un pouvoir bien pourri. Je vous en dit pas plus !

Vous pensez au long métrage parfois ?

Tous les jours. C'est mon but ! Pour moi, les court métrages ont une utilité spécifique (en plus de l'expérience au niveau scénario, direction d'acteur et de gestion d'une équipe). Le poulet II, par exemple, nous a servi à apprendre à utiliser notre nouvelle caméra de l'époque (ma première vraie caméra de cinéma !). Le prochain court servira notamment à faire des tests lumières bien précis... Ces films sont en fait un tremplin pour passer à l'étape ultime : le long métrage. J'écris actuellement un long qui, je l'espère, passera au cinéma en national (je vous rassure, ce sera très sérieux et il n'y aura pas de poulet géant !).

Vous êtes aussi réalisateur de publicité. Comment travaillez-vous avec des marques qui ont souvent tendance à vouloir des films lisses et consensuels ? Peut-on faire de la pub rock ?

C'est effectivement assez difficile de pouvoir délirer dans la pub. Mais il arrive que, parfois, on me laisse écrire les scripts, là, j'y mets un peu de rock'n'roll !

Quel est votre regard sur la production cinématographique de nos îles ?

Je vais surtout parler de La Réunion car je ne connais pas assez ce qu'il se fait dans les autres îles. Il y a à boire et à manger. Il y a des gens qui se donnent les moyens de faire des films et finalement... bof. Et d'autres qui font de bons films avec des bouts de ficelles. Comme quoi, il n'y a pas de règle. Je pense sincèrement que le meilleur est à venir !

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite réaliser un 1er film ?

« Vous n'avez pas à savoir faire un film. Si vous aimez sincèrement le cinéma de tout votre cœur et avec suffisamment de passion, vous ne pouvez faire qu'un bon film. » C'est de Tarantino et je pense qu'il a raison. Plus personnellement, je conseillerais d'aller jusqu'au bout du projet : il faut y croire et finir son film à tout prix ! C'est comme ça qu'on avance. Et faites attention à la qualité du son, c'est super important ! 

Pour voir ou revoir la trilogie c'est ici : 

La Malédiction du poulet

La Malédiction du poulet II

La Vengeance du poulet - Teaser // Le film complet ICI